AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  
Derniers sujets
» Le Corso de Mayres.
Sam 13 Mai 2017 - 13:33 par Titoulou

» QUI étaient ils, quand et où?
Sam 13 Mai 2017 - 13:22 par Titoulou

» Petit Mayrois n°29
Lun 10 Avr 2017 - 13:25 par COLETTE

» Incendie du 21/03/2017
Lun 27 Mar 2017 - 11:57 par La Souche

» Recherche Informations sur Marie Cellier
Jeu 26 Jan 2017 - 0:10 par AGATE monique

» La Verrerie à Astet
Mer 25 Jan 2017 - 23:28 par AGATE monique

» noel
Mer 4 Jan 2017 - 19:22 par COLETTE

» la rôtie et le téléthon
Lun 5 Déc 2016 - 16:48 par CERISE

» four
Dim 4 Déc 2016 - 18:19 par tabusse


Partagez | 
 

 Poème

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pont-peyrou
Nouveau Mayrois
Nouveau Mayrois


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Poème   Jeu 25 Nov 2010 - 17:50

le meunier
tictac,tic tac! le moulin sonne l'ane,qu'un rien caparaçonne
enfariné par tous les bouts suit,dans l'herbe et le long des trous
près du donjon plein de hiboux le meunier si blême et si roux
dans la verdure qui frisonne qu'on dirait pierrot en personne
tic tac,tic tac! le moulin sonne tic tac,tic tac !le moulin sonne

au bord du torrent qui façonne
les joncs haut comme des bambous
enfariné par tous les bouts
dans la verdure qui frisonne,
tic tac,tic tac !le moulin sonne

qui se souvient de ce poème et quel est l'auteur??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pont-peyrou
Nouveau Mayrois
Nouveau Mayrois


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Poème   Jeu 25 Nov 2010 - 18:05

une erreur de frappe dans la copie du poème précédent voici la modif
le meunier
tic tac, tic tac!le moulin sonne
enfariné par tous les bouts
prés du donjon plein de hiboux
dans la verdure qui frisonne
tic tac tic tac ! le moulin sonne

au bord du torrent qui façonne
les joncs hauts comme des bambous
dans la verdure qui frisonne
tic tac, tic tac !le moulin sonne

l'âne qu'un rien caparaçonne
suit,dans l'herbe et le long des trous
,le meunier si blême et si roux
qu'on dirait Pierrot en personne
tic tac, tic tac!le moulin sonne

la prochaine fois je mettrais mes lunettes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
COLETTE
Moyen Mayrois
Moyen Mayrois
avatar

Nombre de messages : 914
Date d'inscription : 10/11/2008

MessageSujet: Re: Poème   Ven 10 Déc 2010 - 16:03

Merci pour le poème,longtemps que je n'en avais lu sur le forum!
Bonne journée à tous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MYRTILLE
Petit Mayrois
Petit Mayrois
avatar

Féminin
Nombre de messages : 286
Age : 78
Localisation : MARSEILLE
Emploi : RETRAITEE APM
Loisirs : PEINTURE.LECTURE BRODERIES
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: Poème   Lun 13 Déc 2010 - 10:55

Comme Colette merci pour ce joli poëme, à quand le prochain et par qui ?
Amitiés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://suzanne.gallon@aliceadsl.fr
pont-peyrou
Nouveau Mayrois
Nouveau Mayrois


Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/09/2010

MessageSujet: Re: Poème   Lun 13 Déc 2010 - 18:31

quand la neige fut venue
quand la neige fut venue
la cigale à demie nue
ayant faim plus qu'à demi
cédant au vent qui l'emporte
vers le seuil de la fourmi
osa frapper à la porte

et,frissonnante d'effroi
elle cria: pour cet hiver qui commence
place à votre foyer,
et vous aurez ma romance
et mon amour pour loyer.

ouvrez-moi,je vous en prie,
c'est la campagne fleurie,
c'est l'été clément et doux
en sa splendeur sans égal
que vous recevrez chez vous
avec la pauvre cigale!

la cigale ainsi chantait,
et la fourmi l'écoutait,
mais,hélas! comprenait-elle?
et le froid sur les vitraux
posait sa fine dentelle
et tressait de blancs émaux.

la dure et folle ouvrière
répond à cette prière:
que ma porte se referme!>
la cigale dit :
la nuit tombait! nuit sans terme!

quand le jour vient l'éveiller
la fourmi va balayer
la neige devant sa porte,
et,dans la neige,elle voit
la pauvre cigale morte
morte de faim et de froid

la fourmi comprend son crime
elle traîne sa victime
près du feu,près du bon feu;
elle la soigne éperdue
mais en vain! il faut un dieu
pour qu'une âme soit rendue.

les cigales, -mes amis -,
ont,depuis ,chez les fourmis,
quand le vent d'hiver agite
leur volet bien maçonné
bon feu , bon souper,bon gîte,
et la morte a pardonné.
E Hinzelin 1924

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Poème   

Revenir en haut Aller en bas
 
Poème
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Culture :: Littérature-
Sauter vers: